C'est pour la même raison que lorsque quelque chose est douloureux pour l'état ou la réalité psychologique (il s'agit d'une contradiction, et non pas d'une confirmation), l'Ego va représenter cet état "physiquement". Une complainte représentée physiquement sert à matérialiser la réalité de ce que nous ressentons. C'est pour cela que nous avons tendance, d'une façon ou d'une autre, à représenter physiquement la nature confirmante ou contradictoire de tout événement psychologique. Lorsque cela arrive, notre comportement est le reflet direct de la Structure en action qui, conformément à son rôle, agit non seulement pour manifester l'importance structurale de chaque relation que nous vivons, mais aussi pour reconfirmer ou neutraliser les confirmations et les contradictions qui ont eu lieu. Ceci dit, il convient de rappeler que les influences contextuelles jouent un rôle d'envergure dans nos options de représentation et de neutralisation. Si un acte de matérialisation est condamné par le Contexte, le Moi va automatiquement "internaliser" l'importance de cette manifestation plutôt que de la matérialiser ou de l'externaliser. Ceci tient au fait que dans la plupart des cas, la contradiction contextuelle vécue en réponse à notre comportement transforme cette reconfirmation en contradiction ou bien amplifie une contradiction déjà ressentie.

Comprendre l'Ego et le Moi

Il est important de comprendre que l'esprit humain ne peut être scindé en parties ou en sections psychologiques discernables. L'esprit ne possède pas d'entité physique correspondant à un Ego ou à un Moi séparés. L'Ego et le Moi ne forment qu'un et constituent le tout qui nous permet de percevoir qui nous sommes psychologiquement. En effet, le but ultime de la différenciation de l'Ego du Moi est de comprendre comment la Structure crée des liens avec son environnement lorsqu'elle est impliquée dans des relations spécifiques.

[FERMER CETTE FENETRE]