Lorsque l’effort fournit par le sujet aboutit sur un échec, ce n’est pas l’effort qui est ressenti comme contradictoire, mais plutôt l’objectif non-atteint. Ce dernier contredit la Structure du sujet.

Bien que le Contexte utilise typiquement “l’effort fournit” comme indication de la Relationnabilité du sujet, ce dernier, lui, fait bien la nuance entre d’une part, l’effort fournit pour atteindre un objectif et, d’autre part, le statut réel de sa Relationnabilité par rapport à l’objectif lui-même. Du point de vue du sujet, ce qui confirme ou contredit sa Relationnabilité ce n’est pas si oui ou non ses efforts pour atteindre un objectif sont couronnés de succès, mais plutôt si oui ou non l’objectif en question est atteint. Lorsque vous tendez la main pour attraper un bonbon, vous ne le faites pas pour tester votre « capacité à atteindre un objectif », mais parce que vous voulez manger le bonbon.

Cela n’implique pas pour autant que le fait de faire un « effort » ne puisse pas constituer un objectif en soi. C’est tout-à-fait possible, et d’ailleurs les sports compétitifs en sont un bon exemple. Lorsqu’on joue à un jeu, atteindre l’objectif porte une certaine valeur dans la mesure où il sert d’indicateur de l’ampleur de l’effort fournit pour y arriver. En dehors du scénario « jeu », cependant, l’atteinte d’un objectif constitue une confirmation ou une contradiction dans la mesure où elle est couronnée de succès ou non, peu importe l’intensité de l’effort fournit pour y arriver.

[FERMER CETTE FENETRE]